Multi – Détecteur Row CT angiographie …

Multi - Détecteur Row CT angiographie ...

Multi&# X2013; Detector Row CT angiographie des membres inférieurs Arterial Afflux et ruissellement: Expérience initiale

tomodensitométriques (TDM) angiographie fournit de nombreux avantages pour l’imagerie du système vasculaire, comprenant trois dimensions (3D) L’analyse volumétrique opacification vasculaire minimalement invasive, et la représentation de la peinture murale de calcium et de greffes d’endoprothèse, et comparée à une angiographie projectionnel conventionnelle, elle permet d’améliorer la précision du diagnostic, la planification du traitement, et réduire les coûts (1 -6). Cependant, jusqu’à ce que l’introduction récente de multi-détecteur ligne CT, CT angiographie a été limitée à pas plus de 40 cm de couverture cranio-caudale au cours d’une seule injection de produit de contraste par voie intraveineuse à base d’iode (collimation, 2.0 hauteur de 3 mm, 0,75 seconde rotation du portique , 50-deuxième acquisition). Alors que cette distance est suffisante pour imager la majorité des artères systémiques, elle était insuffisante pour étudier l’afflux artériel et le ruissellement des extrémités inférieures. Multi-détecteur ligne CT avec quatre canaux d’acquisition simultanée a éliminé cette limitation (7).

Multi-détecteur ligne CT a eu un effet important sur l’angiographie CT, offrant plus courts temps d’acquisition, des doses plus faibles de milieu de contraste et une résolution spatiale améliorée pour évaluer branches artérielles plus petites (7, 8). Le but de cette étude était d’évaluer les modèles de faible apport extrémité artérielle et le ruissellement opacification avec quatre canaux multi-détecteur ligne CT angiographie dans une cohorte de patients atteints de la maladie justifiant l’imagerie du système artériel des membres inférieurs. Nous avons cherché en outre à évaluer l’ampleur de l’amélioration veineuse des membres inférieurs, ce qui pourrait compliquer l’analyse artérielle en augmentant la complexité des processus de segmentation pour extraire les artères avant la visualisation et l’analyse 3D.

MATÉRIAUX ET MÉTHODES

Entre Août 1998 et Janvier 2000, les chirurgiens vasculaires appelés 24 patients (20 hommes, quatre femmes, tranche d’âge, 24-78 ans, l’âge, 66 ans moyenne) avec suspicion de maladie inférieure artérielle d’extrémité pour CT de l’entrée artérielle et le ruissellement de la partie inférieure extrémités. Dix-neuf patients avaient une maladie occlusive, et cinq patients avaient une maladie anévrismale. Sur les 19 patients atteints de la maladie occlusive, 18 avaient mollet ou la cuisse claudication (huit bilatérale et sept au repos). Quatre patients ont eu des ulcères du pied, l’une avec la gangrène. L’un des patients (19 patients avaient une maladie occlusive) avait un ulcère, mais n’a pas claudication. A l’exception de deux patients, l’un avec la maladie de Buerger et l’autre avec une dissection spontanée de l’artère iliaque externe, tous les patients avaient l’athérosclérose comme la principale cause de leur maladie occlusive artérielle. Six patients avaient précédemment mis pontages, et on avait des stents artériels iliaques. Des cinq patients atteints d’une maladie anévrismale, on a isolé un anévrisme aortique, anévrismes artériels deux avaient iliaques, et deux (également avec une anévrisme aortique abdominal) ont poplitée et les anévrismes artériels fémoraux superficiels. Le recrutement des patients était consécutive sans exclusion.

Quatre canaux multi-détecteurs balayages ligne de CT ont été acquises avec un scanner CT (Lightspeed Qxi, GE Medical Systems, Milwaukee, Wis) en vertu d’un protocole approuvé par notre comité d’examen institutionnel. consentements éclairés ont été obtenus. Avec un médecin d’orientation (G.D.R. A.J.S.), les patients ont été placés en décubitus dorsal sur la table de CT pour permettre le transport de l’ensemble de leur corps inférieur au processus xiphoïde pour passer à travers le portique CT. Une serviette était enroulée autour des genoux et des chevilles du patient, qui ont ensuite été fixés ensemble avec du ruban adhésif. Pas d’oreillers ou de rembourrage a été placé en dessous des jambes du patient.

Un point de vue antéropostérieure scout a été acquis pour englober l’ensemble du corps en dessous du processus xiphoïde. Par la suite, CT hélicoïdal est réalisé sans produit de contraste intraveineux à partir du sommet du diaphragme à trochanters fémorale moindre, avec une épaisseur de 5 mm section nominale, la hauteur de 6,0 à 30 mm Avance de la table de rotation et une durée de 0,8 seconde rotation du portique . Le potentiel de tube à rayons X était de 120 kV et le courant était de 80 mA. Le niveau de l’origine de l’axe cœliaque a été identifié.

Un cathéter 20-22 calibre a été placé dans une veine superficielle dans le pli du coude, avant-bras, ou dos de la main; 15 ml de produit de contraste iodé faible osmolarité (iohexol [Omnipaque 300]; Nycomed Amersham, Princeton, NJ) a été injecté à un débit de 4 ml / s de débit. les sections transversales en série ont été obtenus 1-2 cm au-dessus de l’origine de l’axe cœliaque pour mesurer le temps de circulation à partir du site d’injection à l’aorte et déterminer ainsi le retard de balayage. Les images ont été acquises toutes les 2 secondes après un délai initial de 8 secondes pour un total de 15 sections. Le pic d’une courbe temps-atténuation créée à partir d’une région d’intérêt placé dans l’aorte par le technologue CT a été choisi comme le retard de balayage pour l’angiographie CT qui a suivi.

Angiographie CT a été effectuée suite à une injection cible de 180 mL de milieu de contraste à un débit de 3,6 mL / s de débit. Le taux de l’injection de produit de contraste a été ajusté à la discrétion du médecin suivi de la prescription de balayage sur la base de la qualité de l’accès par voie intraveineuse. Le volume de produit de contraste a été ensuite ajustée pour fournir une durée d’un bol d’environ 50 secondes à l’exception de deux patients dont le volume de contraste a été ajustée pour fournir une durée d’un bol qui est équivalente à la durée de l’analyse.

Helical CT a été effectuée en utilisant une épaisseur de 2,5 mm section nominale, un terrain de 6,0, une vitesse de table de 15 mm par rotation (18,75 mm / sec), et une période de rotation de 0,8 seconde portique. X-ray tension du tube était de 120 kV, et le courant est de 300 mA. Les patients ont été invités à retenir leur souffle pendant les 20 premières secondes de l’acquisition et ont été autorisés à respirer tranquillement par la suite. Des coupes transversales ont été reconstruites en utilisant un 180 ° linéaire algorithme d’interpolation modifiée qui incorpore des vues sur la base d’un équilibre entre la section profil élargissement, artefact hélicoïdale, et le bruit de l’image (9). Les sections ont été reconstruits à des intervalles de 1,6 mm, qui correspondent à la moitié de l’épaisseur de coupe efficace, qui a été définie comme la largeur à mi-hauteur du profil de section de la sensibilité, ce qui était de 3,2 mm (8). Le champ de vision de la reconstruction était 30-32 cm. L’examen a pris toute 15-30 minutes, en fonction de l’accès par voie intraveineuse.

Tous les angiographies CT ont été traitées dans notre laboratoire d’imagerie 3D dans les rendus de volume, des projections d’intensité maximale, et reformations planes incurvées par l’un des deux technologues en imagerie 3D (L.J.L. M.C.S.) en utilisant un poste de travail (Advantage de Windows 3.1P; GE Medical Systems). Deux reformations planes incurvées ont été créés à intervalles de 90 ° autour de l’axe longitudinal de l’aorte à travers les deux artères iliaques communes et externes et de la fémorale commune, fémorale superficielle et poplitée. Deux reconstructions planes incurvées ont également été créés à travers chacun des tibiale antérieure, postérieure du tibia, péronier, cœliaque, mésentérique supérieure, rénales et les artères mésentériques inférieurs. Les données des os ont été enlevés en utilisant une combinaison d’opérations de la région à croissance booléens et dessins région d’intérêts (10). La fonction d’opacité de transfert pour le rendu de volume et les seuils pour les écrans de la surface ombrée ont été déterminés afin de maximiser la visualisation vasculaire tout en minimisant la visualisation non vasculaire. Douze rendus de volume et affiche la surface ombrée ont été créées toutes les 30 ° autour de l’axe cranio-caudale, et six projections d’intensité maximale ont été créés 30 ° autour de l’axe cranio-caudale à l’aspect frontal entre la droite et une vue latérale gauche. Les images ont été photographiées avec personnalisé largeur de la fenêtre et les paramètres de niveau par les technologues (L.J.L. M.C.S.) qui ont créé les images reformatées pour permettre une délimitation claire de la lumière améliorées, calcium murale, athérome murale et / ou de la plaque, et les tissus extravasculaires.

Sur la base de la nécessité clinique, angiographies conventionnelles ont été obtenus dans les 3 mois des angiographies CT chez 18 patients. L’intervalle moyen était de 27 jours ± 29 (SD). Dans 17 patients, l’angiographie conventionnelle a été réalisée avec une technique de soustraction numérique (Angiostar, Siemens Medical Systems, Erlangen, Allemagne). A 5-F pigtail cathéter a été placé dans l’aorte abdominale supérieure au moyen d’une approche transfémorale pour antéropostérieure et aortograms latéraux. Le cathéter a été repositionné juste au-dessus de la bifurcation aortique, et antéropostérieure et 45 ° vues obliques bilatérales ont été obtenues. L’imagerie du ruissellement de l’extrémité inférieure des artères fémorales à travers les pieds a été réalisée de manière séquentielle, avec un milieu de contraste injections distinctes à chacune des quatre à cinq niveaux supplémentaires nécessaires à l’image l’ensemble des membres inférieurs.

Le protocole d’acquisition d’image est composée de 25 antéropostérieure et 25 projections abdominaux latéraux à trois par seconde, 25 à droite et 25 projections de gauche antérieures obliques pelvien à deux à trois par seconde, 20 chacun dans la cuisse, du genou et de veau à une à deux par seconde , et 30 dans les pieds à une à deux par seconde. Chez un patient souffrant d’une occlusion de l’aorte sous-rénale, aortography transaxillaire a été réalisée dans l’aorte rénale juxta. L’imagerie a été réalisée avec une technique film-écran et une table de progression à suivre une seule injection de produit de contraste.

Collecte et analyse des données

Un radiologue (SJA) rétrospectivement enregistré la durée de balayage (en secondes), la couverture de balayage (en millimètres), le nombre de sections transversales, et l’épaisseur de la section nominale (en millimètres) à partir des annotations qui ont été automatiquement attachés aux images CT par le scanner à la moment de l’acquisition. La dose de produit de contraste iodé (300 mg d’iode par millilitre d’une solution), le volume de produit de contraste, le débit et la durée d’injection ont été enregistrées au moment de l’acquisition d’images par l’infirmière ou le technologue qui a effectué l’injection et ont été mises en rapport avec les autres données de balayage (par SJA). les mesures d’atténuation ont été faites avec un poste de travail (Windows Advantage, GE Medical Systems) par un radiologue (SJA) à 16 artérielle, huit veineuse profonde, et huit emplacements veineuses superficielles (tableau 1) en plaçant une région circulaire d’intérêt dans le centre de la navire d’intérêt dans une position où il se trouvait brevet, non sévèrement sténotique et plus proche du milieu de l’étendue longitudinale du récipient.

La taille de la région d’intérêt est variable, en fonction de l’artère cible, et varie de 3 à 50 mm de diamètre. Artériels et veineux profonds des mesures au niveau du mollet ont été obtenus dans le plus grand de la tibiale antérieure, tibiale postérieure, ou des vaisseaux péroniers. Artérielles et veineuses profondes mesures dans le pied (au-dessous de l’articulation tibio) ont été obtenus dans la plus grande des pedis de dorsalis ou des vaisseaux tibiales postérieures. L’atténuation moyenne, correspondant la position de la table par rapport à l’origine du balayage, et le temps par rapport à l’ouverture de balayage ont été enregistrés pour chaque région.

Les CIs des mesures moyenne, SD, et 95% ont été calculés pour chaque région anatomique. Des différences statistiquement significatives ont été indiquées par un P valeur inférieure à .05 et ont été identifiés pour les comparaisons dans lesquelles les CIs des mesures 95% d’ne se chevauchaient pas. Les différences entre artériels et veineux des mesures ont été évaluées à chaque emplacement anatomique où les mesures sont disponibles en effectuant une analyse de variance et un test de gamme multiple de Tukey-Kramer. L’analyse de régression a été appliquée à la corrélation entre le degré d’atténuation artérielle et le temps après balayage d’initiation en adaptant une équation quadratique à toutes les valeurs qui ont été normalisés en pourcentage d’atténuation artérielle maximale par patient.

Toutes les images CT, y compris les reconstructions transversales, des rendus de volume, les écrans de la surface ombragée, des projections d’intensité maximale, et reformations plans courbes ont été examinées par deux radiologues (GDRAJS) indépendamment, et chacun des 21 segments artériels (aorte et iliaque commune bilatérale, iliaque externe , fémorale commune, fémorale superficielle, poplitée, tibiale antérieure, tibiale postérieure au-dessus de la cheville, péronier, pédieuse et tibial postérieur en dessous de la cheville) a été évaluée comme étant normale (lt; 50% sténosée), sténotique (50% -99% sténosée) ou occlus. Divergences ont été réglées au moyen d’un consensus. Pour 18 cas, un radiologue (G.D.R.) directement comparé les résultats CT avec ceux de l’angiographie conventionnelle et les rapports officiels correspondants. Les écarts entre les CT et les interprétations angiographiques classiques ont été réglées par une consultation avec le radiologue qui a effectué une angiographie conventionnelle.

Les estimations de la dose efficace corps entier ont été calculés pour la TDM et l’angiographie conventionnelle comme des équivalents de dose efficace. Les calculs ont été effectués à l’aide de National Radiological Protection Board (Christchurch, Nouvelle-Zélande) Techniques NRPB-SR250, Normalized Organ Doses pour tomodensitométrie à rayons X calculée à l’aide des techniques de Monte Carlo et NRPB-SR262 et Normalized Organ Doses examens for Medical X-ray Calculées Utilisation des techniques de Monte Carlo. Les doses efficaces du corps entier ont été calculés pour l’abdomen et du bassin d’exposition seulement, parce que l’exposition des membres inférieurs contribue peu à la dose efficace de tout le corps.

Un résumé de l’acquisition et le contraste moyen des paramètres CT est fourni dans le tableau 2. La durée de l’injection de produit de contraste a une moyenne de 0,81 proportion de la durée de l’analyse. Iodés contraste moyen d’utilisation pour l’angiographie conventionnelle variait entre 150 et 200 ml (300 mg d’iode par millilitre) par patient.

De manière générale, l’opacification artérielle était excellente dans tout le volume de balayage, indépendamment de la gravité de la maladie (figure 1). La mesure d’atténuation artérielle moyenne par patient en moyenne sur l’ensemble des mesures artérielles était de 282 ± 83 UH (SD). L’atténuation artérielle minimale était de 112 UH, avec 11 (3%) de 320 emplacements sur quatre (17%) des 24 patients présentant une atténuation inférieure à 150 UH. Six des 11 emplacements avec une atténuation inférieure à 150 UH sont au-dessous du genou, où la combinaison de la maladie occlusive dans les petits vaisseaux peut avoir entraîné l’étalement du volume partiel, en abaissant artifactually l’atténuation mesurée de ces petits récipients, et ont été sténotique. La moyenne, 95% CI, la valeur maximale et la valeur minimale de l’atténuation artérielle à chaque emplacement sont tracés sur la figure 2. amélioration de Arterial était pas équivalente à tous les endroits (analyse à sens unique de la variance, P lt; .001).

Sur la base des multiples portée des résultats d’analyse de Tukey-Kramer, l’amélioration dans les fémorale superficielle, et les artères poplitées, de veau dominant n’a pas été significativement différents les uns des autres, mais était significativement (P lt; .05) Plus élevé que tous les autres sites artériels. Amélioration dans l’aorte au début de balayage était significativement inférieure à celle à l’intérieur de l’artère iliaque externe par l’intermédiaire du mollet. les différences de mise en valeur dans les emplacements restants ne sont pas statistiquement significatives. La relation entre l’amélioration artérielle relative et le temps après le début de la numérisation est affiché dans la figure 3. Les données correspondent l’expression quadratique y = -0,0002X 2 + 0,0161X + 0,6068 avec R 2 = 0,30 et reflètent une tendance à l’amélioration a diminué au début et à la fin du balayage. amélioration de pointe a été observée entre 26 et 53 secondes après le début de l’acquisition CT scan. La mise en valeur au plus tôt et les derniers points de mesure moyenne de 63% ± 13 et 69 ± 20%, respectivement, de la mise en valeur maximale à l’intérieur de chaque patient.

Sept (29%) des 24 patients, il y avait au moins un emplacement où la différence d’atténuation artérielle droite-gauche est supérieure à 38 UH, ce qui correspond à deux fois la SD moyenne des mesures artérielles d’atténuation (figure 4). Dans l’ensemble de ces patients, la maladie asymétrique est présent, et le côté moins amélioration était toujours ipsilatéral à la maladie la plus large. Quatre de ces sept patients avaient une maladie occlusive (figure 5) et trois avaient une maladie anévrismale (figure 6). Sur les 17 patients avec un maximum de différences artérielle atténuation gauche-droite de moins de 38 HU, 10 (59%) avaient bilatéralement symétrique et sept (41%) avaient une maladie bilatérale asymétrique. Quatre patients avaient anévrismale et 13 patients avaient une maladie occlusive. La prévalence de la maladie asymétrique était significativement plus élevée (deux-tailed t tester, P lt; .01) Chez les patients ayant une différence d’atténuation artérielle droite-gauche maximale d’au moins 38 HU.

Arterial évaluation sectorielle et corrélation angiographique

Un total de 504 segments artériels étaient analysables dans les 24 patients. Il y a eu 122 normale, 13 sténotique et 12 segments occlus au-dessus de la bifurcation de l’artère fémorale commune et 256 normale, 41 sténotique et 60 segments occlus en dessous de la bifurcation de l’artère fémorale commune. Sur les 18 patients présentant une corrélation angiographique classique, l’angiographie conventionnelle représenté 351 de 378 segments. Sur les 351 segments, 248 avaient moins de 50% rétrécissement, 49 étaient 50% sténosée, et 54 étaient complètement occlus. Pour ces segments, il y avait 100% de concordance entre les CT et l’angiographie conventionnelle à une comparaison directe. Sur les 27 segments qui ne sont pas analysables avec l’angiographie conventionnelle, trois étaient sténotique et 24 étaient normaux au CT; ces segments étaient distal aux segments obstruées et se nourrissent par des artères collatérales dans tous les cas. Les trois segments sténoses étaient dans les mollets. Dix-neuf des segments normaux étaient chez un patient avec complète infrarénale iliaque aortique et commune occlusion artérielle (figure 7).

L’atténuation veineuse moyenne par patient en moyenne sur les mesures veineuses profondes et superficielles était 66 HU ± 38 et 67 ± 57 HU pour les veines profondes et superficielles, respectivement. La moyenne, 95% CI, valeur maximale et valeur minimale d’atténuation veineuse à chaque emplacement sont tracés sur la figure 8. La plus grande amélioration veineuse a été observée dans les veines superficielles de la cheville (99 HU ± 73) et dans les veines profondes des le mollet et la cheville (78 HU ± 41 et 74 ± 46 HU, respectivement). L’amélioration veineuses bas a été observé dans les veines superficielles et profondes de la cuisse (48 UH ± 36 et 50 ± 25 UH, respectivement). l’amélioration veineuse moyenne était significativement plus élevée dans les deux veines profondes et superficielles de la cheville et dans les veines profondes du mollet, en comparaison avec les deux veines superficielles et profondes de la cuisse (P lt; .05). les différences de mise en valeur dans les emplacements restants ne sont pas statistiquement significatives. Nous n’avons pas analysé quantitativement les veines proximales à la cuisse parce opacification veineuse n’a pas été observé dans ces endroits.

Pour des emplacements individuels, l’atténuation maximale est de 329 veineuses HU, avec 51 (14%) (22 profond et superficiel 29) de 374 emplacements sur 10 (42%) des 24 patients présentant une atténuation supérieure à 100 UH. Parmi ces 51 sites, 49 étaient chez les patients présentant une artériopathie oblitérante et deux seulement (les deux superficiel) étaient chez un patient ayant une maladie anévrismale. Vingt-quatre (47%) des 51 segments avec une atténuation supérieure à 100 HU étaient chez deux patients: un homme de 24 ans avec la maladie de Buerger et un homme de 64 ans souffrant d’un ulcère ischémique ne guérissent pas sur le pied gauche et occlusions artérielles-rénale iliaque commune aortiques et bilatérales.

amélioration veineuse moyenne était significativement plus élevée (P lt; .001) Chez les patients atteints de la maladie occlusive que chez ceux dont la maladie anévrismale et mesurée 71,6 HU ± 6,6 et 52,5 ± 3,7 HU (moyenne ± CI), respectivement. À l’exception de celle des patients avec la maladie de Buerger dans lequel l’atténuation controlatérale veineuse à la maladie artérielle était en moyenne de 141 UH ± 37,1 supérieur, il n’y avait pas de différence significative dans la situs veineuse amélioration par rapport au niveau du site de la maladie occlusive artérielle asymétrique (P = 0,86). La différence d’atténuation veineuse moyenne controlatérale par rapport ipsilatéral à la maladie artérielle était de 0,13 HU.

Pour comprendre le défi potentiel de séparer les artères de veines en utilisant la segmentation basée sur l’intensité, nous avons déterminé la différence entre artérielle et de l’atténuation veineuse pour chaque emplacement. Parce que bien sûr les veines profondes adjacentes aux artères, tandis que les veines superficielles sont éloignées, nous avons analysé les veines superficielles et profondes séparément. La moyenne, 95% CI, la valeur maximale et la valeur minimale des différences artério d’atténuation à chaque emplacement sont tracées à la figure 9. Les différences d’atténuation moyennes étaient 239 HU ± 105 et 237 HU ± 117 pour les veines profondes et superficielles, respectivement.

Potentiellement différences artério cliniquement pertinentes d’atténuation dans les deux veines profondes et superficielles sont résumées dans le tableau 3. artério différence d’atténuation des seuils de 30 et 50 HU ont été choisis pour illustrer les exigences des systèmes de segmentation basées sur l’intensité d’isoler les artères de veines dans le but de visualisation 3D . Les 15 emplacements avec des différences artério de moins de 50 HU se sont produites exclusivement dans le mollet (n = 4) ou de la cheville (n = 11). Sur les neuf jambes avec des différences artério de moins de 50 HU, trois veines impliquées à la fois superficielles et profondes, quatre veines superficielles impliquées exclusivement, et deux veines profondes impliquées exclusivement. Au cours des sept patients avec des différences artério de moins de 50 HU, cinq se sont produits de façon unilatérale.

inflammation active Ipsilateral était présente dans cinq des sept patients avec des différences artério d’atténuation de moins de 50 HU: quatre avec ulcérations de pied ischémiques cutanées et une avec un pontage ilio-fémoral infecté. Dans trois de ces quatre patients, l’atténuation veineuse ipsilatéral absolue est supérieure à 115 UH (une profondeur et deux saphène), et le quatrième patient, il était supérieur à l’atténuation veineuse absolue 80 UH dans les veines superficielles et profondes combinées avec moins à 115 UH amélioration artérielle absolue pour minimiser la différence artério d’atténuation.

Sur les deux patients sans inflammation active connue, une sévère maladie artérielle occlusive bilatérale avait une excellente amélioration artérielle (gt; 210 HU), avec une moyenne amélioration veineuse unilatéralement élevée au-dessous du genou de 100 HU ± 45 dans les veines profondes et 199 HU ± 103 dans les veines superficielles. L’autre patient a eu amélioration artérielle faible (115 HU), avec une amélioration unilatérale saphène veineuse maximale de 78 HU.

Pour CT, le produit dose-longueur et l’indice de dose de CT étaient 1,578 mGy × cm et 12,97 mGy, respectivement. Pour l’angiographie conventionnelle, le temps fluoroscopique variait entre 4 et 8 minutes par cas, avec des doses de rayonnement de 1284, 5.310, 1.246, 759, 411, et 347 cGy × cm 2 pour l’abdomen, du bassin, les cuisses, les genoux, les mollets et les pieds, respectivement. Les indices de dose efficace calculées sont 0,93 et ​​3,62 cSv cSv pour CT et conventionnelle angiographie, respectivement. Ainsi, l’exposition aux radiations à l’angiographie conventionnelle était de 3,9 fois supérieure à celle de l’angiographie CT.

Le traitement des comptes occlusifs extrémité maladie artérielle et anévrismal inférieurs à environ 100 000 chirurgies aux États-Unis chaque année (11). Chez les patients atteints proximale, des lésions occlusives courtes, l’angioplastie peut être une alternative viable au traitement chirurgical (12). occlusions aiguës peuvent être secondaires à embolisation thrombotique et peuvent nécessiter la thrombolyse par cathéter. Parce que la maladie artérielle des extrémités inférieures est fréquemment multifocale et lésions proximales ou distales à une lésion donnée peut affecter son traitement, la totalité de l’afflux et l’écoulement des membres inférieurs artérielle doivent être imagées avec une résolution spatiale suffisante pour caractériser la maladie des artères qui sont de 2-3 mm de diamètre et de couvrir une distance supérieure à 1 m. Un examen des considérations cliniques Germane à l’imagerie inférieure maladie artérielle des extrémités avec MR angiographie a été publiée récemment (13).

En raison des limitations de la vitesse de balayage avec un seul détecteur ligne CT, imagerie de l’ensemble de l’afflux des membres inférieurs et des écoulements avec une résolution spatiale suffisante pour caractériser la maladie occlusive n’a pas été viable. En 1995, Lawrence et al (14) a publié un rapport technique sur l’imagerie d’une partie du système extrémité artérielle inférieure, du ligament inguinal au mollet proximal, chez six patients à l’aide de 1 seconde rotation du portique unique détecteur ligne CT. Deux 60 secondes acquisitions hélicoïdales consécutifs avec 5 mm collimation et un pas de 1,0 (5 mm / sec vitesse de la table) ont été utilisés pour couvrir 60 cm sur un minimum de 129 secondes. Cinquante patients ont subi par la suite CT 70 cm de l’aine à l’midcalf avec 5 mm collimation et un pas de 2.0. L’étude a rapporté plus tard sensibilité de 94% -100% et 67% -88% pour l’occlusion artérielle et de 75% -99% de sténose, respectivement. Les spécificités ont varié de 98% à 100% et de 94% à 100% pour l’occlusion et la sténose, respectivement (15). Avec une épaisseur de coupe effectif d’environ la moitié de celle utilisée dans l’étude précédente, sont à prévoir la sensibilité et la spécificité de la technique décrite ici, afin d’améliorer encore ces résultats prometteurs.

Beregi et al (16) ont étudié les artères poplitées de 26 patients avec suspicion de maladie artérielle poplitée. Parce que la couverture était limitée à l’artère poplitée, 29-45 secondes à détecteur unique rangée CT angiographie a été réalisée avec 3-5 mm collimation et un pas de 1,0-1,2. Bien que l’utilisation des valeurs de hauteur plus élevées aurait permis une réduction de l’épaisseur de collimation et de la section globale pour améliorer la résolution spatiale longitudinale (17), les résultats de cette étude ont démontré une meilleure détection de l’anévrisme poplité avec CT, en comparaison avec la détection à l’angiographie conventionnelle ( 100% vs 61% de sensibilité). Ils ont également démontré le bénéfice de CT pour caractériser artérielle compression luminal par rapport à celle de l’angiographie conventionnelle due à la visualisation directe de l’occlusion d’artère poplitée par le muscle gastrocnémien et kystes adventice (16).

Quatre canaux multi-détecteur ligne CT, qui, à notre connaissance a été introduit cliniquement en 1998, offre trois avantages principaux par rapport à un seul détecteur rangée angiographie CT: plus courtes durées de balayage associées à un meilleur contraste efficacité moyenne, les parties minces des territoires anatomiques entiers tels que la artères rénales ou de la carotide dans une soute d’haleine et une meilleure couverture longitudinale (7, 8). Ce dernier avantage a été appliqué à l’imagerie de la totalité de l’entrée de l’extrémité inférieure et l’écoulement dans le but d’évaluer occlusive artérielle et de la maladie anévrismale (18). En comparaison avec le seul détecteur ligne tomodensitométrie rapporté par Lawrence et al (14), la méthode rangée CT multi-détecteur à quatre canaux utilisés dans cette étude nous a permis de l’image à une vitesse de table qui était 3,75 fois plus rapide, tout en acquérant des images avec une épaisseur de coupe efficace était de 56% (3,2 / 5,7) diluant pour une amélioration globale de l’efficacité de balayage (vitesse de la table divisé par l’épaisseur de la section effective) de 6,7. En conséquence, nous avons pu à l’image l’ensemble inférieure afflux des extrémités et de ruissellement (plus de deux fois la distance) dans environ la moitié du temps avec presque deux fois la résolution spatiale.

Pour les segments artériels identifiés avec l’angiographie conventionnelle, nous avons trouvé 100% de concordance avec l’angiographie CT. En outre, CT représenté 26 segments supplémentaires qui ne sont pas analysables avec angiographie conventionnelle en raison de l’amélioration de l’opacification artérielle distale des segments occlus. Ces données ne confirment pas la précision diagnostique de l’angiographie CT parce qu’ils ont été générés à partir d’une comparaison directe entre les quatre canaux multi-détecteur ligne CT et angiographie conventionnelle. Des évaluations indépendantes de quatre canaux multi-détecteur ligne CT et angiographie conventionnelle par plusieurs lecteurs aveugles aux résultats de l’autre examen seront nécessaires pour évaluer la précision diagnostique de caractériser plus faible maladie artérielle d’extrémité avec quatre canaux multi-détecteur ligne CT et sont critiques pour déterminer l’utilité clinique final de cette technique.

Bien que ces résultats cliniques initiaux sont encourageants, il y a plusieurs défis techniques associés à l’imagerie de ce territoire vasculaire qui portent contrôle: adéquation des artères opacification des acquisitions CT aussi longtemps que 75 secondes, le différentiel opacification artérielle bilatérale en présence de la maladie asymétrique, et opacification veineuse . Ce rapport se concentre sur ces questions techniques. La précision diagnostique de quatre canaux multi-détecteur ligne CT par rapport à celui de la norme établie, l’angiographie conventionnelle, sera rapporté séparément.

Traditionnellement, l’angiographie CT est réalisée pendant la rétention du souffle dans les territoires vasculaires qui sont dégradées par le mouvement induit des voies respiratoires. Étant donné que peu de respiration peut être admissible au-dessous du rebord du bassin, la durée de balayage CT angiographique prolongent rarement plus de 40-50 secondes (7, 19, 20). En outre, pour atteindre l’amélioration artérielle adéquate, les taux d’au moins 3,5-4,0 mL d’injection sont nécessaires. Parce que artérielle opacification de l’aorte aux pieds nécessite généralement au moins 15 secondes lors de l’injection de 10 secondes intraartérielle contraste bolus moyen (21), nous avons décidé de dévier de notre contraste iodés politique de bolus milieu standard d’établir une durée de bolus qui est équivalent à la durée de balayage (20, 22). Au lieu de cela, nous avons choisi une durée d’un bolus de 50 secondes, parce qu’il permet un contraste moyen volume de 180 ml pour être livré à un débit de 3,6 mL / s de débit. Étant donné que 15 ml est utilisé lors de la détermination préliminaire de la durée de circulation et de 5 ml est nécessaire pour amorcer la conduite d’amenée de produit de contraste au site d’accès veineux, seulement 180 ml de produit de contraste dans un injecteur de puissance capacité de 200 ml rempli est disponible pour angioscanographie .

En utilisant ce protocole d’injection, nous avons obtenu plus de 150 UH opacification à 97% des segments artériels de l’aorte aux pieds. Quand nous avons examiné le degré d’amélioration artérielle par rapport au temps après le début angioscanographie, nous avons trouvé un pic central à des réductions substantielles de ce pic au début et à la fin du balayage (figure 3). Ceci est similaire au profil d’amélioration de la forme « bossu » a rapporté pour uniphasique moyen de contraste des injections de 30 secondes pendant la durée de 30 secondes à balayage (23). Bien que le contraste multiphasique stratégies d’injection moyenne ont été préconisées pour assurer une plus grande uniformité de la mise en valeur tout au long du balayage, il n’a pas été étudié pour des durées de balayage supérieures à 30 secondes in vivo (23 -25). Bien qu’une 50 seconde injection uniphasique était satisfaisant, il est possible que l’amélioration de la mise en valeur des artères, en particulier à l’extrémité du balayage, peut être réalisé avec des protocoles d’injection multiphasique fixes ou sur mesure.

Un défi de réaliser une angiographie conventionnelle dans le cadre de la maladie inférieure extrémité occlusive est que des variations importantes dans le temps de circulation bilatérale de l’extrémité proximale vers les régions distales peuvent se produire (21). Lorsque asymétries sévères existent, la qualité diagnostique de l’examen angiographique initial peut être limité et donc nécessitent des injections répétées sélectives de produit de contraste. Parce que le volume de produit de contraste nécessaire pour effectuer l’angiographie CT des membres inférieurs exclut les injections répétées, il est essentiel que les deux jambes sont suffisamment opacifiées malgré les asymétries de flux importants. Bien que la maladie asymétrique sévère était présent dans 10 des 17 patients atteints de la maladie occlusive dans cette étude, nous avons constaté que tous les angiographies CT a montré une opacification suffisante bilatérale (figure 5). Droite-gauche différences artérielle d’atténuation supérieure à 40 HU se sont produites avec fréquence significativement plus élevée dans le cadre de la maladie asymétrique, avec des différences maximales de droite-gauche de 75 (293-218) HU au-dessus du mollet et 96 (245-149) HU ci-dessous le veau . Ces différences d’atténuation droite-gauche ne gênent pas l’interprétation ou affectent négativement la détection des lésions par rapport à ces applications à l’angiographie conventionnelle (figure 6).

opacification Venous a longtemps été reconnu comme une limitation artérielle visualisation sur les vues 3D, en particulier lors de l’examen des carotides et rénales artères, où les veines jugulaires et rénales internes, respectivement, ont tendance à opacifier rapidement après l’amélioration artérielle (1, 26. 27). Bien que l’extrémité inférieure opacification veineuse semble être mieux visualisé 3,5 minutes après l’administration moyenne contrastée dans le cadre de suspicion d’embolie pulmonaire (28), nous avons constaté que certaines veines des membres inférieurs opacifier beaucoup plus tôt. Il est intéressant de noter que, en tant que groupe, les patients souffrant d’une maladie occlusive était significativement (P lt; .001) Une plus grande amélioration de l’imagerie veineuse au fait que les patients présentant une maladie anévrismale. En fait, l’amélioration veineuse supérieure à 100 HU a été isolé dans les veines superficielles et a eu lieu dans un seul patient avec la maladie anévrismale, qui avait des anévrismes bilatéraux de l’artère iliaque commune avec veineuse amélioration ipsilatéral à un anévrisme de l’artère iliaque commune de 37 mm qui a été associée à une vaste iliaque et sténoses de l’artère poplitée.

Bien que l’opacification veineuse ne présente pas un problème important lors du suivi de la maladie artérielle sur des coupes transversales superposées, elle peut gêner la visualisation sensiblement artérielle sur des vues 3D lorsque les différences d’atténuation artérioveineuses sont faibles (ll; 50 HU). projection d’intensité maximale est actuellement notre méthode préférée pour l’analyse 3D de l’extrémité inférieure CT données angiographique, parce que, dans notre expérience, il préserve les petits vaisseaux de branche et les régions sténoses de plus gros navires mieux que ne le rendu de volume ou de surface affiche. Lorsque l’amélioration veineuse approches amélioration artérielle, en distinguant les artères des veines devient difficile sur les projections d’intensité maximale.

En général, les différences d’atténuation veineux artérielles étaient sensiblement supérieure à 50 HU, mais chez les patients présentant une inflammation ipsilatéral, opacification veineuse fait l’analyse des projections d’intensité maximale difficiles. Dans ces situations, reformations planes incurvées ont été utiles pour afficher le trajet de l’artère, libre recouvrant les veines vives améliorées, mais ces reformations peuvent afficher qu’une seule artère (figure 7). Modification des données avant le rendu 3D peut être un moyen utile d’enlever brillamment améliorer les veines quand ils se produisent.

Il existe deux approches de base pour les structures d’édition ou segmentant tels que les os ou améliorant brillamment veines ou parenchyme loin des artères: région automatique croissance et dessin région manuelle (22, 29). Parce que la région à croissance automatique nécessite moins d’intervention de l’opérateur, il est à la fois plus efficace et plus reproductible que les techniques manuelles et est donc préférée. Cependant, une condition préalable à son utilisation est que les structures doivent être sans lien. Parce que les veines superficielles bien sûr dans les tissus sous-cutanés, ils peuvent être plus faciles à enlever à partir des données avant de rendre que sont les veines profondes, qui parallèles directement les artères. Nous n’avons pas observé une tendance spécifique pour l’amélioration veineuse superficielle de se produire dans les veines profondes par rapport.

Même si nous croyons que nos résultats de l’étude ont démontré que l’angiographie CT de faible apport d’extrémité et le ruissellement est réalisable et offre l’amélioration artérielle robuste, nous pensons que le plus grand défi de son adoption clinique de routine est le fait que la grande quantité de données d’image générée peut facilement submerger la plus lecture CT et les postes de travail de rendu 3D. Nos résultats correspondent à la première génération de la technologie CT ligne multi-détecteur. En utilisant un pas de 6,0 et 0,8 seconde rotation du portique, une acquisition moyenne de 66 secondes a donné lieu à 908 sections transversales, avec 50% de recouvrement par rapport à l’épaisseur de la section efficace. Depuis la réalisation de cette enquête, nous avons utilisé un pas de 8,0 et un 0,5-deuxième portique rotation pour effectuer 80 secondes CT scan de l’origine coeliaque par les pieds qui ont abouti à une réduction de l’épaisseur de la section efficace de 3,20 à 1,25 mm, et ceci a donné lieu à 2,131 coupes transversales reconstruites par incréments de 0,6 mm (figure 10). Bien que la mise en valeur artérielle cohérente sans opacification veineuse peut être difficile avec 80 secondes de balayage, les futures générations de détecteurs multiples scanners ligne de CT avec la capacité d’acquérir simultanément des données à partir d’un plus grand nombre de rangées de détecteurs sont susceptibles de diminuer sensiblement la durée de balayage (30) .

Bien qu’il soit tentant de débattre de la nécessité de réduire les dimensions de voxels à des niveaux proches de isotropes, nous devons garder à l’esprit que l’angiographie par soustraction numérique est réalisée avec une matrice de 1.024 × 1.024, ce qui permet une résolution spatiale nettement plus élevée que ne le CT. Si CT est de remplacer à terme l’angiographie conventionnelle couramment utilisée pour évaluer le système extrémité artérielle inférieure, puis des acquisitions CT avec des résolutions spatiales plus élevées que celles actuellement disponibles peuvent être nécessaires. Ces conditions sont susceptibles de devenir plus importante lors de l’évaluation des navires plus petits tels que ceux du pied (figure 10).

Bien que des sections plus minces nécessitent généralement un courant supérieur de tube à rayons X pour surmonter une réduction de photons détectés, les patients subissant une imagerie diagnostique pour évaluer le système artériel des membres inférieurs sont généralement au-delà de leurs années de reproduction et ont peu de moelle hématopoïétique au sein de leur bassin et os longs (31 ). À l’exception d’un patient de 24 ans avec la maladie de Buerger, l’âge moyen de la population de l’étude était de 68 ans ± 7. De plus, nos données suggèrent que l’angiographie CT fournit une réduction presque quadruplé dans l’exposition au rayonnement par rapport à l’angiographie conventionnelle . La dose relativement élevée de rayonnement dans l’angiographie conventionnelle est principalement influencée par le grand nombre d’images acquises, avec la comptabilité fluoroscopie pour moins de 20% de la dose efficace de tout le corps.

Une technique d’imagerie non invasive de remplacement pour l’évaluation de la maladie artérielle inférieure d’extrémité qui ne nécessite aucun rayonnement ionisant ou un milieu de contraste iodé et qui a été en utilisation clinique de routine depuis plusieurs années est la résonance magnétique (RM) angiographie (13). Il y a beaucoup d’avantages convaincants à l’utilisation de l’IRM, qui, en plus des avantages mentionnés ci-dessus comprennent moins reconstructions primaires dues aux acquisitions coronales et aucune interférence de haute intensité de signal structures nonarterial qui sont analogues à l’os à l’angiographie CT.

Néanmoins, il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’angiographie CT pourrait être une alternative convaincante à M. angiographie. En raison d’une association entre l’athérosclérose inférieure d’extrémité et de la maladie des artères coronaires, les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs implantés sont fréquents dans cette population de patients (32) et des contre-indications à l’IRM. En outre, d’autres dispositifs tels que les stents métalliques artérielles ou des prothèses articulaires peuvent entraîner des artefacts important qui empêche l’évaluation artérielle (13). La caractérisation de la murale calcification est pas possible avec MR et peut avoir un intérêt thérapeutique (33, 34). Enfin, nous avons atteint des dimensions de voxel de 0,7 × 0,7 × 01/25 à 03/02 mm qui nous permettent à l’image l’ensemble du système extrémité artérielle inférieure à 60-85 secondes avec quatre canaux multi-détecteur ligne CT. Ces dimensions de voxel sont de cinq à 14 fois plus petites que celles obtenues avec les techniques de résonance magnétique actuelle angiographiques (35, 36) et entraîner ainsi l’acquisition ultérieure de la résolution spatiale.

Nos données suggèrent que multi-détecteur ligne CT peut être utilisé pour évaluer l’ensemble des entrées inférieure artérielle des extrémités et le ruissellement, avec des données volumétriques qui démontrent l’amélioration artérielle robuste et opacification veineuse minime. Néanmoins, multi-détecteur rangée CT ne peut pas être considéré comme une alternative viable à la clinique angiographie conventionnelle ou MR jusqu’à sa précision diagnostique et l’efficacité sont déterminées.

Figure 1. projection Frontal maximum d’intensité, à quatre canaux multi-détecteur ligne CT angiographie (couverture scannning 1288 mm; 68 sec temps de balayage; 55,8 g d’iode administré dans un bolus de 184 ml sur 51 secondes) obtenu dans un 58-year-old homme avec claudication bilatérale démontre une excellente représentation du système à partir de l’aorte abdominale supérieure artérielle à midfoot. L’aorte abdominale distale et proximale des artères iliaques communes sont occlus. Collatéralisation aux membres inférieurs est via iliaque bilatérale latérale circonflexe et les artères épigastriques inférieurs (courtes flèches minces) et les artères hémorroïdaires supérieures alimenté à partir d’une grande artère mésentérique inférieure (flèche ouverte) avec une origine sténotique. Malgré la maladie d’entrée importante, l’occlusion de l’artère fémorale superficielle gauche est identifiable avec surdimensionnement de l’artère poplitée gauche par une grande artère fémorale profonde gauche (grande flèche épaisse et solide). Il y a un ruissellement de deux navires sur la cheville bilatérale, bien que la partie médiane de la droite artère tibiale antérieure est occlus et recompose distalement via l’artère fibulaire (flèche longue et fine).

Figure 2. Graphique de luminal amélioration des artères principales en moyenne sur les deux jambes de tous les patients. Chaque boîte est centrée sur l’atténuation luminale moyenne et la largeur de la boîte est équivalente à l’IC à 95% de la moyenne. Les lignes verticales allant du haut et en bas des cases indiquent les valeurs minimales et maximales observées. Les mesures ci-dessous du genou ont été faites dans la plus grande branche artérielle de brevet. La limite inférieure de l’IC à 95% de l’amélioration artérielle est supérieure à 200 HU à tous les points de mesure. la mise en valeur de crête est obtenue dans l’artère poplitée. BA = Artère ci-dessous la cheville (n = 46), CF = Artère fémorale commune (n = 48), CI = Artère iliaque commune (n = 44), EI = Artère iliaque externe (n = 48), IP = Point d’initiation dans l’aorte supracœliaque (n = 24), MA = Aorte moyenne (n = 24), MC = Veau milieu (n = 48), MSF = Artère fémorale superficielle moyenne (n = 41) et P = Artère poplitée (n = 45).

La figure 3. Diagramme de dispersion de toutes les valeurs d’atténuation normalisées artérielles mesurées à un pourcentage de l’amélioration maximale pour chaque patient et tracée par rapport au temps après le début de l’angiographie CT. Une courbe quadratique (y = -0,0002X 2 + 0,0161X + 0,6068) corrèle les points avec R 2 = 0,30. Les données reflètent une tendance à l’amélioration a diminué au début et à la fin de la numérisation. amélioration pic a été observé 26-53 secondes après le début de la tomodensitométrie.

La figure 4. Le graphique montre les valeurs de différence maximale droite-gauche artérielle atténuation au-dessus de la cheville pour chaque patient, présenté dans l’ordre croissant. La ligne en pointillés correspond à deux fois la moyenne SD pour les mesures d’atténuation artérielle. Des barres noires et blanches représentent des lésions bilatéralement asymétriques et symétriques, respectivement. Les barres pleines et pointillées représentent des lésions occlusives et anévrismales, respectivement. Droite-gauche différences artérielle d’atténuation supérieure à 2 écarts au-dessus de la moyenne ont eu lieu exclusivement avec la maladie asymétrique.

La figure 5. Les images d’un homme de 76 ans. UNE. Oblique angiographie de soustraction numérique des artères iliaques communes et externes adéquates après l’injection du produit de contraste à la bifurcation aortique montre une sténose de haut grade de l’artère iliaque externe proximale (flèche). Bien que l’ensemble de l’artère iliaque externe gauche de était visible sur ce point de vue, l’artère iliaque externe est mal distale opacifié à la sténose. B. Réforme coronale Curved d’un à quatre canaux multi-détecteur ligne CT angiographie démontre une sténose (flèche), bien que l’ensemble des bonnes artères iliaques communes et externes est bien opacifiée. C. Frontal angiographie de soustraction numérique sur les veaux proximales d’une injection aortique distale différente comme le montre UNE démontre opacification du péronier gauche (mince flèche noire) et les artères tibiales postérieures (flèche blanche), mais aucune opacification artérielle distale de l’artère poplitée droite distale. L’artère tibiale antérieure gauche apparaît occlus 4 cm distal à son origine (épaisseur de flèche noire). . Frontal angiographie numérique de soustraction de même contraste injection moyenne que dans C mais obtenu 13 secondes plus tard est la première vue complètement opacifier le tibial postérieur droit (flèche noire) et les artères péroniers (flèche blanche), bien que mal. Le droit artère tibiale antérieure apparaît occlus à son origine. E. image de projection d’intensité maximale Frontal de la même multi-détecteur à quatre canaux rangée CT angiographie comme dans B démontre égale opacification de la poplitée distale et proximale tibiale postérieure et les artères péroniers bilatéralement. Notez l’opacification de l’artère tibiale antérieure (flèche) sur une sensiblement plus longue durée que celle observée à l’angiographie par soustraction numérique. Le droit artère tibiale antérieure est obturée à son origine. L’échelle de gris a été inversé pour faciliter la comparaison avec les angiographies de soustraction numérique.

La figure 6.UNE. reformations coronales courbes bilatérales et B. projection d’intensité maximale frontale, à quatre canaux multi-détecteur ligne CT angiographie à travers les artères poplitée chez un homme de 71 ans, avec une vaste aorto-iliaque bilatérale et les anévrismes fémoropoplitées. D’importants résultats anévrismale d’asymétrie de 45 mm anévrisme dans la gauche artère iliaque externe (non représenté) et est associée à une atténuation aval différentielle de 76 HU dans le droit et les artères poplitées gauche. En dépit de cette différence, la visualisation des artères est bilatéralement excellent et permet facilement la discrimination du brevet des parties superficielles des thromboses anévrismes de l’artère fémorale bilatérale (flèches). C. Frontal angiographie numérique de soustraction à travers les artères poplitées après l’injection de contraste dans l’aorte abdominale distale démontre opacification de l’ensemble de l’artère droite poplitée (longues flèches) et antérieure proximale artère tibiale (flèche courte), mais l’artère poplitée gauche est insuffisamment opacifié. . Frontal angiographie de soustraction numérique obtenu démontre 3 secondes plus tard opacification de l’ensemble de l’artère poplitée gauche (longues flèches) et tibial postérieur proximal (flèche courte d’épaisseur) et fibulaire (flèche courte mince) artères. Le tibial antérieur gauche et le tronc tibiopéronier droite apparaissent occlus à l’angiographie par soustraction numérique; Cependant, une postérieure droite tibial artère sténosée (flèches dans B ) Est opacifié à l’angiographie CT. Tibial métallique étendu à gauche du matériel de fixation obscurcit des parties de l’artère poplitée gauche sur l’angiogramme de soustraction numérique, mais il n’y a artéfact minimale sur l’angiogramme CT.

La figure 7.UNE. Screen film artériographie d’une injection de l’aorte abdominale supérieure chez un homme de 62 ans avec bilatérale inférieure claudication extrémité au repos et un ulcère du pied gauche cutanée montre une occlusion aortique infrarénale complète (flèche). L’accès à cet examen a été réalisé par l’intermédiaire de l’artère brachiale gauche lorsque des impulsions fémorales étaient non identifiables. Une table de progression a été utilisé pour l’image à travers les pieds, même si aucune opacification artérielle a été observée en aval de l’aorte abdominale juxtarenal. B. projection d’intensité maximale Frontal, à quatre canaux multi-détecteur ligne CT angiographie démontre la reconstitution des artères iliaques externes via iliaque bilatérale latérale circonflexe et les artères épigastriques inférieurs, similaires aux vaisseaux du patient de la figure 1. L’écoulement en dessous du ligament inguinal est normal à l’exception d’une occlusion de la partie centrale de l’artère tibiale antérieure droite, qui se traduit par un seul navire ruissellement vers le pied droit par l’artère tibiale postérieure (flèche longue). Il y a asymétrie veineuse importante avec une vaste opacification des veines superficielles (flèches courtes) de la cuisse gauche, la jambe et le pied, ipsilatéral à l’ulcère cutané qui obscurcit les artères de la cheville gauche et le pied. C. reformations coronales courbés à travers l’aorte aux artères tibiale postérieure éliminent bilatéralement interférence veineux artériel représentation et permettent une visualisation directe des segments artériels occlus aorto-iliaques (flèches).

Figure 8. Le graphique montre l’amélioration luminale des principales veines des jambes moyennes sur les deux jambes à quatre endroits anatomiques chez tous les patients. Chaque boîte est centrée à l’atténuation luminale moyenne et la largeur de la boîte est équivalente à l’IC à 95% de la moyenne. Les lignes verticales allant du haut et en bas des cases indiquent les valeurs minimales et maximales observées. La plus grande amélioration veineuse a été observée dans les veines superficielles de la cheville (99 HU ± 73; moyenne ± écart type) et dans les veines profondes du mollet et la cheville (78 HU ± 41 et 74 ± 46 HU, respectivement).

La figure 9. Le graphique montre la différence artérielle par rapport à l’atténuation veineuse pour chaque jambe, en moyenne sur les deux jambes à quatre emplacements anatomiques, chez tous les patients. Chaque boîte est centrée à l’atténuation luminale moyenne et la largeur de la boîte est équivalente à l’IC à 95% de la moyenne. Les lignes verticales allant du haut et en bas des cases indiquent les valeurs minimales et maximales observées. les différences d’atténuation étaient les plus faibles dans la cheville, mais étaient supérieures à 120 HU avec 95% de confiance. □ = veines profondes. ▪ = veines superficielles.

La figure 10.UNE. droit et B. projection d’intensité antérieure gauche oblique maximale, quatre canaux multi-détecteur angiographies ligne CT obtenus avec 1,25 mm d’épaisseur de la section efficace de la fosse poplitée par le pied, créés à partir de 924 sections transversales reconstruites tous les 0,6 mm montrent artères collatérales dilatées et hyperémie généralisée sur une région de l’ostéomyélite chronique du tibia droit (flèches longues). Les artères du mollet et le pied sont visibles sur 35 secondes de balayage en bon détail sans interférence de l’opacification veineuse. L’artère pédieuse est occlus, mais un vaisseau collatéral proximal fournit les premières artères métatarsiennes (flèches courtes). Les artères métatarsiennes restants se remplissent de la profonde alimentation voûte plantaire par une grande artère tibiale postérieure. L’examen était nécessaire pour planifier le placement du greffon myocutaneous complexe.

Voir aussi l’éditorial par Katz et Hon (pp 7-10) dans ce numéro.

Abréviation: 3D = trois dimensions

Contributions Auteur: Garants de l’intégrité de l’étude entière, G.D.R. A.J.S .; concepts d’étude et de conception, G.D.R .; recherche documentaire, G.D.R. A.J.S .; études cliniques, tous les auteurs; l’acquisition de données et d’analyse, G.D.R. A.J.S .; analyse statistique, A.J.S .; la préparation du manuscrit, la définition du contenu intellectuel, et l’édition, G.D.R .; évaluation des manuscrits, G.D.R. A.J.S .; manuscrit approbation finale de la version, G.D.R.

Rubin GD, Dake MD, Napel SA, CH McDonnell, Jeffrey RBJ. Abdominal angioscanner spiralé: expérience clinique initiale.Radiologie 1993; 186: 147 -152. Lien

Van Hoe L, AL Baert, Gryspeerdt S, et al. anévrismes supra- et juxtarenal de l’aorte abdominale: évaluation préopératoire avec mince section en spirale CT.Radiologie 1996; 198: 443 -448. Lien

Kaatee R, Beek FJ, de Lange EE, et al. Sténose de l’artère rénale: la détection et la quantification avec une spirale CT angiographie par rapport optimisé angiographie par soustraction numérique.Radiologie 1997; 205: 121 -127. Lien

Rubin GD, Paik DS, Johnston PC, Napel S. Mesure de l’aorte et de ses branches avec scanner hélicoïdal.Radiologie 1998; 206: 823 -829. Lien

Armerding MD, Rubin GD, Beaulieu CF, et al. Aortic maladie anévrismale: évaluation du stent-graft traitement CT par rapport à l’angiographie conventionnelle.Radiologie 2000; 215: 138 -146. Lien

Rubin GD, Armerding MD, Dake MD, Napel S. Coût identification de l’imagerie par anévrisme aortique abdominal à l’aide du temps et des analyses motion.Radiologie 2000; 215: 63 -70. Lien

Rubin GD, Shiau MC, Schmidt AJ, et al. Calculé angiographie tomographique: perspective historique et nouvel état-of-the-art à l’aide de plusieurs détecteurs rangée hélicoïdale tomodensitométrie.J Comput Assist Tomogr 1999; 23 (Suppl 1): S83 -S90. Medline

Rubin GD, Shiau MC, Leung AN, Kee ST, Logan LJ, Sofilos MC. Aorte et artères iliaques: simple contre détecteur rangée multiple CT hélicoïdale angiographie.Radiologie 2000; 215: 670 -676. Lien

Hu H. Multi-slice CT hélicoïdale: scan et de reconstruction.Med Phys 1999; 6: 5 -18.

Rubin GD. explosion des données: le défi de multibarrettes CT.Eur J Radiol 2000; 36: 74 -80. CrossRef. Medline

Rutkow IM, Ernst CB. Une analyse des besoins en personnel de chirurgie vasculaire et les taux de chirurgies vasculaires aux États-Unis.J Vasc Surg 1986; 3: 74 -83. CrossRef. Medline

Pentecôte MJ, Criqui MH, Dorros G, et al. Directives pour périphérique angioplastie transluminale percutanée de l’aorte abdominale et les vaisseaux des membres inférieurs: une déclaration pour les professionnels de la santé à partir d’un groupe d’écriture spéciale des conseils sur la santé cardiovasculaire Radiologie, artériosclérose, Cardio-Thoracique et chirurgie vasculaire, cardiologie clinique et l’épidémiologie et la prévention, la American Heart Association.Circulation 1994; 89: 511 -531. CrossRef. Medline

Rofsky NM, Adelman MA. MR angiographie dans l’évaluation de la maladie vasculaire périphérique athéroscléreuse.Radiologie 2000; 214: 325 -338. Lien

JA Lawrence, Kim D, Kent KC, Stehling MK, Rosen MP, Raptopoulos V. Basse spirale extrémité angiographie CT par rapport à l’angiographie.Radiologie 1995; 194: 903 -908. Lien

Rieker O, Duber C, Schmiedt W, von Zitzewitz H, Schweden F, Thelen M. Comparaison prospective de l’angiographie CT des jambes avec intraartérielle angiographie par soustraction numérique.AJR Am J Roentgenol 1996; 166: 269 -276. CrossRef. Medline

Beregi JP, Djabbari M, Desmoucelle F, Willoteaux S, Wattinne L, Louvegny S. maladie vasculaire poplité: évaluation avec angioscanner spiralé.Radiologie 1997; 203: 477 -483. Lien

Rubin GD, Napel S. Augmentation de pas de balayage pour vasculaire et thoracique spiralé.Radiologie 1995; 197: 316 -317.

Rubin GD, Schmidt AJ, Logan LJ, et al. Multibarrettes angiographie CT de l’extrémité inférieure de la maladie occlusive: une nouvelle application pour la numérisation de CT.Radiologie 1999; 210: 588.

Kopecky KK, Gokhale HS, Hawes DR. Spiral CT angiographie de l’aorte.Semin Ultrason CT MR 1996; 17: 304 -315. CrossRef. Medline

Rubin GD. spirale 3D angiographie CT de l’aorte et de ses branches. Dans: Fishman EK, Jeffrey RB, eds. Spiral CT: principes, les techniques et les applications cliniques. Philadelphia, Pa: Lippincott-Raven, 1998; 361 -403.

Polak JF. artériographie fémoral. Dans: Baum S, eds. angiographie Abrams. Boston, Mass: Little, Brown, 1997; 1697 -1742.

Rubin GD, Dake MD, Semba CB. Situation actuelle de tomodensitométrie spirale en trois dimensions pour l’imagerie de la vascularisation.Radiol Clin North Am 1995; 33: 51 -70. Medline

Fleischmann D, Rubin GD, Bankier AA, Hittmair K. Amélioration de l’uniformité du rehaussement aortique avec contraste personnalisé protocoles d’injection moyenne à l’angiographie CT.Radiologie 2000; 214: 363 -371. Lien

Bae KT, Heiken JP, JA Brink. Aortic et hépatique milieu de contraste amélioration au CT.I. prévision d’un modèle d’ordinateur. Radiologie 1998; 207: 647 -655.

Bae KT, Heiken JP, JA Brink. Aortic et hépatique milieu de contraste amélioration au CT.II. Effet de la réduction du débit cardiaque dans un modèle porcin. Radiologie 1998; 207: 657 -662.

Schwartz RB, Jones KM, Chernoff DM, et al. artère carotide commune bifurcation: évaluation avec spirale CT-travail en cours.Radiologie 1992; 185: 513 -519. Lien

Galanski M, Prokop M, Chavan A, Schaefer CM, Jandeleit K, Nischelsky JE. sténoses artérielles rénales: spirale CT angiographie.Radiologie 1993; 189: 185 -192. Lien

Fort PA, Katz DS, Klippenstein DL, Shah RD, Grossman ZD. Combiné phlébographie CT et angiographie pulmonaire dans la maladie thromboembolique suspectée: précision diagnostique pour l’évaluation veineuse profonde.AJR Am J Roentgenol 2000; 174: 61 -65. CrossRef. Medline

Napel S. Principes et techniques de spirale 3D angiographie CT. Dans: Fishman EK, Jeffrey RB, eds. Spiral CT: principes, les techniques et les applications cliniques. Philadelphia, Pa: Lippincott-Raven, 1998; 339 -360.

Kalender WA. des systèmes de détection Dans: tomodensitométrie. New York, NY: Wiley, 2000; 47 -55.

Wintrobe MM. hématologie clinique 6e éd. Philadelphia, Pa: Lea & Febiger, 1967; 17 -18.

Leng GC, Lee AJ, Fowkes FG, et al. Incidence, l’histoire naturelle et d’événements cardiovasculaires dans la maladie artérielle périphérique symptomatique et asymptomatique dans la population générale.Int J Epidemiol 1996; 25: 1172 -1181. CrossRef. Medline

Ascer E, Veith FJ, Flores SA. Infrapoplitées contourne à fortement calcifiés rock comme les artères: la gestion et les résultats.Am J Surg 1986; 152: 220 -223. CrossRef. Medline

Misère BD, Pomposelli FB, Jr, Gibbons GW, Campbell DR, Freeman DV, LoGerfo FW. Infrapoplitées contourne à sévèrement calcifiées, unclampable artères d’écoulement: résultats à deux ans.J Vasc Surg 1996; 24: 6 -15; discussion 15-16. CrossRef. Medline

Ho KY, Leiner T, de Haan MW, Kessels AG, Kitslaar PJ, van Engelshoven JM. Périphériques vasculaires sténoses d’arbres: évaluation avec lit mobile perfusion suivi MR angiographie.Radiologie 1998; 206: 683 -692. Lien

Ruehm SG, Hany TF, Pfammatter T, Schneider E, Ladd M, Debatin JF. extrémité artérielle imagerie pelvienne et inférieure: la performance diagnostique de trois dimensions MR angiographie de contraste amélioré.AJR Am J Roentgenol 2000; 174: 1127 -1135. CrossRef. Medline

Article Outils

recherche originale

RELATED POSTS

  • Introduction angiographie Spine, hémangiome vertébrale cervicale.

    Recherche Neuroangio Introduction Spine angiographie Le but de cette page est de familiariser le lecteur avec des techniques et des indications communes pour l’angiographie vertébrale. La…

  • MDCT angiographie conduit à succès …

    MDCT angiographie conduit à la réussite du traitement des artères sévèrement bloqués dans les jambes 3 juin 2009 MDCT angiographie conduit à des recommandations précises pour la réussite du…

  • Multi Imprimer Robes de bal – Formal …

    Robes de bal multi Imprimer robes multi d’impression sont lumineux et audacieux. Une excellente façon de se démarquer de la meute, robes imprimées multiples montrer votre talent pour la couleur…

  • Rétrécissement des artères legs_2

    CT angiographie Les progrès de l’imagerie en coupe CT, IRM et échographie ont fourni des outils complémentaires pour le diagnostic non invasif de maladies vasculaires. CT angiographie ou CTA…

  • K9 Bedbug services de détection, lit détecteur de bug.

    Bienvenue à K-9 services de détection de punaises de lit Nous fournissons des inspections bedbug indépendants de qualité exceptionnelle en utilisant Entomologie Scent Association nationale de…

  • VIH-1 Infection Avec Multi …

    David C. Knox 1 ; Darrell H. Tan 2; P. Richard Harrigan 3; Peter L. Anderson 4 1 Med Maple Leaf Clinic, Toronto, ON, Canada ; Hosp de 2 St Michael, Toronto, ON, Canada ; 3 BC Cntr pour…

Laisser un commentaire